Mes 10 bonnes résolutions écolo du moment

AlisonsAdventures_trash-island_mes-resolutions-ecologiques
Alison Teal, l'Indiana Jones au féminin

Le début de ma grossesse a été le début de ma prise de conscience sur bon nombre de problèmes liés à notre consommation de tous les jours. Si j’étais déjà réceptive aux problèmes liés à la Fast Fashion, pour le reste il y avait du boulot !

Depuis et grâce à la sensibilisation importante qui apparaît dans la presse et nos nombreux fils d’actualités, chaque jour, je sens que mon envie de bien faire évolue.

J’avais envie de partager cela avec vous ! Alors voici 10 petits pas de choses que j’ai vraiment envie de changer pour mieux consommer, moins produire de déchet et faire avancer les choses à ma petite échelle.

Si cela peut vous être aussi utile alors ce sera doublement gagné. Et bien sûr, n’hésitez pas à commenter ici pour me souffler d’autres bonnes pratiques, je suis plus que preneuse 🙂

Résolution n°1. Ne plus acheter de bouteilles d’eau en plastique. Si dans ma famille on a jamais surconsommé de l’eau minérale ou des sodas, avec la naissance de notre fille pour préparer ses biberons nous nous sommes mis à acheter des litres d’Evian. Entre ce que l’on entend sur la mauvaise qualité de l’eau conditionné en bouteille (vive les perturbateurs endoctriniens) et le drame écologique que tout ce plastique représente pour la nature et les océans, je crois qu’il est temps de dire STOP aux bouteilles en plastique.

Et en même temps l’eau du robinet étant loin d’être excellente à Paris, je pense sérieusement à travailler la question du filtrage. Les filtres proposés par Berkey semblent top mais un peu coûteux. Je compte bien creuser la question mais déjà l’achat d’une jolie gourde en verre BKR pourra remplacer avantageusement mes achats de petites bouteilles en plastique notamment pour le sport.

Résolution n°2. Privilégier les produits qui ne sont pas suremballés. Depuis quelques mois, j’observe avec tristesse à quel point les produits de notre quotidien sont suremballés. Le pire exemple pour moi ce sont les petits pots pour enfant conditionnés dans des récipients avec un gros couvercle le tout en plastique. Pour les parents qui n’ont pas le temps de cuisiner, je vous laisse imaginer la quantités de déchets produites seulement par la consommation de leurs bouts de chou.

Résultat, nous essayons d’acheter au maximum des petits pots en verre que nous réutilisions pour faire nos propres purées.

Résolution n°3. Boycotter Starbucks. Si il y a encore années, les filles « cool » défilaient dans les rues avec leur café siglé Starbucks, il semble qu’il soit temps de mettre les choses en perspective.

Non seulement le rapport qualité / prix est désastreux  mais le fameux coffee shop, sorte de symbole mondial de la société de consommation, semble ne pas se soucier des problématiques écologiques avec pas moins de 4 milliards de gobelets produits chaque année qui ne sont absolument pas recyclables. 

Certes le gobelet est en papier mais une fine couche de plastique recouvre la surface intérieure, le rendant impossible à recycler. Résultat plus d’un million d’arbres sont coupés chaque année pour produire ces gobelets qui partent à la poubelle et polluent la planète.

Résolution n°4. Ne plus oublier paniers et sacs en tissu pour faire les courses. Si certains supermarchés proposent désormais des sacs en papiers plutôt que des sacs en plastique, l’idéal reste de venir armer de son propre sac ! A vos tote bags inutilisés 😉

Résolution n°5. Acheter le maximum en vrac. Un challenge pas si simple pour nous qui ne sommes pas super organisés et toujours un peu débordés pour tout ce qui est logistique des courses mais je pense que cela vaut vraiment coup. Lorsque l’on pense que l’on utilise 1 sachet (en plastique ou en papier) pour chaque catégorie de fruits et de légumes, tout ça pour les transporter du supermarché à chez nous pour ensuite finir direct à la poubelle… ça coince !

Pour éviter ce gaspillage, il suffit d’utiliser des sacs à vrac qui peuvent être de simples petits sacs type pochons en tissu ou tote bags offerts par les marques que l’on accumule chez nous sans savoir vraiment quoi en faire.

Résolution n°6. M’abonner à Kelbongoo. Si derrière le label bio n’assure pas forcément la qualité des produits pour notre santé et pour la planète (il faudrait déjà acheter du bio français qui assure une législation plus scrupuleuse)

Une des meilleures options pour moi en terme de simplicité, qualité et coût, semble de m’abonner à une asso ou organisation de producteurs locaux proposant des paniers avec des fruits et légumes de saison cultivés à moins de

Kelbongoo, des produits fermiers à petits prix. Légumes, fromages, fruits et volailles en direct de fermes de Picardie. On soutient de petits producteurs français et on se fait du bien aux papilles et à la santé.

Résolution n°7. Scruter mes produits alimentaires et cosmétiques grâce à l’appli Yuka. C’était la révélation de cet été. Recommandés par plusieurs personnes de mon entourage, c’est l’appli magique qui permet de scanner les produits de notre quotidiens (food et cosmétiques) et de savoir en 1 clic si c’est un produit excellent, bon, médiocre ou carrément mauvais pour notre santé !

C’est comme ça qu’après 15 jours de vacances à crémer religieusement notre puce de 10 mois d’indice 50 (on ne connaissait pas encore Yuka) que l’on s’est rendu compte que sa crème solaire spécial kids était blindée de composants cancérogènes.

Idem pour la composition de nos déo et dentifrices qui se sont avérés catastrophiques.

Résolution n°8. Remplacer certains produits du quotidien. A commencer par les éponges et le sopalin qui ne sont pas du tout écolo alors que de simples chiffons en microfibres sont tout aussi pratiques au quotidien et surtout lavables et donc réutilisables. Autre alternative on ne peut plus économique, une tendance venue du Japon, fabriquer un tawashi à partir de textiles de la maison inutilisés comme des collants.

Autre petit challenge, ne plus acheter de cotons tiges que l’on sait être très polluants pour les océans. L’alternative ? Opter pour des cotons tiges avec tiges en papier biodégradable ou le petit instrument japonais, l’oriculi, pas très glamour au 1er abord mais pourquoi pas ?

Dans ma ligne de mire en ce moment, les brosses à dents en plastiques qui s’avèrent elles aussi extrêmement polluantes et jetées chaque année par milliards (gloups). Du coup, mon coeur balance entre investir dans une bonne brosse à dent électrique que je pourrais garder plusieurs années ou les modèles en bambou qui semblent avoir tout bon.

Résolution n°9. Passer au coton démaquillant lavable. Plutôt que d’utiliser environ 4 cotons à démaquiller à usages uniques chaque soir, les cotons démaquillants lavables sont une solution plus économique mais surtout plus écologique lorsque l’on sait que la culture du coton est très gourmande en eau.  On ne parle même pas de chaque sachet plastique dans lequel sont vendus les dits cotons.

Côté choix, ceux en bambou seraient plus doux et plus écologiques car pour plus de douceur notamment pour les peaux sensibles.

Résolution n°10. Ne plus acheter dans les enseignes de la Fast Fashion. Si je consomme de moins en moins de Fast Fashion depuis plusieurs années – dégoutée par les conditions de travail des ouvriers mais aussi de l’impact écologique dramatique sur la planète, la mode étant la 2ème industrie la plus polluante au monde – j’ai vraiment envie de passer à la vitesse supérieure ! Alors voilà, c’est officiel, j’ai décidé de me lancer un petit défi d’une année sans Fast Fashion ! A suivre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *